Réactions croisées

Celui qui réagit au pollen de bouleau et autres arbres réagit souvent à certains aliments aussi à cause d’une réaction croisée, dite allergie secondaire.

Femme avec une pomme - Réactions croisées - aha! Centre d'Allergie Suisse - Infos allergies - © Foto: iStock_000016313550XSmall

Les réactions croisées à des aliments (ou allergie alimentaire associée au pollen) peuvent se produire du fait de la ressemblance de la structure des allergènes ingérés ou inhalés et que le système immunitaire «confond». Les personnes concernées ne ressentent en général que des troubles bénins, démangeaisons, rougeurs ou de légers gonflements au niveau de la bouche ou de la gorge.

Qu'est-ce qu'une réaction croisée?

Dans cette forme d’allergie alimentaire, on assiste d’abord à une sensibilisation par voie respiratoire (nez, poumons) par exemple au pollen de bouleau. Des réactions croisées se développent ensuite, car les structures protéiniques des allergènes absorbés par voie orale et par inhalation se ressemblent. Ce type d’allergie est également appelé «allergie alimentaire associée au pollen».

Les syndromes «pollen de bouleau-noix-fruit à pépins» ou «armoise-céleri-épices» sont des exemples fréquents de réaction croisée. Ainsi, les personnes sensibilisées au pollen de bouleau peuvent développer une allergie aux pommes ou aux noix, ou inversement.

D’autres allergènes des voies respiratoires comme le latex (caoutchouc naturel), les allergènes d’origine animale (chats, oiseaux) ou les acariens peuvent également entraîner des réactions croisées à des aliments.

Comment reconnaître une réaction croisée?

Lorsqu'en consommant certains aliments, une personne allergique au pollen ressent un picotement au palais, des brûlures et démangeaisons dans la bouche et sur les lèvres, ou présente un gonflement du visage, il convient de penser à la possibilité d'une réaction croisée.

Comment prévenir une réaction croisée?

Dès que l'on remarque des picotements ou brûlures dans la cavité buccale ou dans la gorge, il faut cesser d'avaler l'aliment. Toutefois, de nombreuses protéines ne résistent pas à la chaleur, si bien que les aliments correspondants peuvent tout de même être consommés lorsqu'ils sont cuits. Souvent, il est conseillé de se contenter de très petites quantités de la denrée en question, ou alors d'y renoncer complètement. Il peut arriver que le traitement par désensibilisation d'une allergie au pollen permette d'apaiser en même temps l'allergie alimentaire.

Quelles sont les réactions croisées les plus fréquentes?

Environ 70% des personnes allergiques aux pollens d'arbres présentent des réactions croisées avec certains aliments. Les réactions croisées sont moins fréquentes avec les autres types de pollen ou d’aéroallergènes. Typiques sont les réactions croisées entre les ces allergènes et ces aliments:

Pollen de bouleau, d’aune, de noisetier (janvier–avril)
Fruits à pépins/noyaux (pommes, poires, prunes, abricots, cerises, etc.), noisettes, noix, amandes, tomates, carotte, céleri, mangue, avocat, fenouil, kiwi, litchi
Pollen d’armoise (Artemisia) (juillet–août)

Céleri, carottes, fenouil, artichaut, camomille, poivre, moutarde, aneth, persil, coriandre, cumin, anis, graines de tournesol

Acariens de la poussière domestique

Crevettes, homard, langouste, écrevisse, escargot

Latex

Avocat, banane, châtaigne (vermicelles, marron), kiwi, papaye, figue, poivron

Plumes d’oiseau

OEuf de poule (jaune d’oeuf)


 

Rédaction: aha! Centre d’Allergie Suisse en collaboration avec le Conseil scientifique.
 

aha! Centre d'Allergie Suisse aide

Aidez-nous

  • Vos dons nous permettent de proposer des services importants aux personnes atteintes. Nous utilisons efficacement le soutien que vous nous offrez. Nous vous en remercions.

 

Publicité